charles_freger_l_epopee_de_jeanne_d_arc_2016_005.jpg

Art Collector - Exposition du lauréat Charles Fréger - Studio Le Patio, Paris


Charles Fréger
L’Epopée de Jeanne d’Arc
Studio Le Patio, Paris
26 septembre – 7 octobre 2017

charles_freger_l_epopee_de_jeanne_d_arc_2016_005.jpg
 



Choisi comme lauréat Art [ ] Collector 2017 en octobre dernier, le photographe Charles Fréger bénéficie d’une exposition personnelle au Studio Le Patio, accompagnée de la publication d’un catalogue. 
A l’occasion de cette exposition, Charles Fréger présente une nouvelle série L’Epopée de Jeanne d’Arc qui reprend le thème cher à l’artiste des représentations historiques propres à notre culture collective. Présentée en janvier 2017 au Musée des Beaux-Arts de Rouen, cette série de silhouettes photographiques met en scène l’histoire de l’icône historique française. 
Des œuvres d’autres séries seront également prêtées par des collectionneurs pour compléter l’exposition.

C’est par la voie des stéréotypes ou des poses, par les contraintes et les codifications forgeant les communautés, que Charles Fréger en est arrivé à Jeanne d’Arc, dont il a commencé par photographier en 2004 les lycéennes choisies chaque année pour défiler « comme des majorettes », dit-il – des majorettes équestres et en armure. Après ce premier travail, le photographe a retrouvé l’imagerie johannique en s’inspirant des pastorales basques où, depuis le Moyen Age, se racontent des épopées religieuses ou historiques jouées par des villageois de la Soule, en plein air, devant un fond de toile tendue.
C’est donc un théâtre d’ombres à double jeu, dont le photographe explore les projections et dont rien ne nous paraît caché, puisque Charles Fréger déguise, accessoirise, coiffe, met en scène les modèles qu’il enrôle. La qualité des cadrages, le choix des poses, le détail des mains ou des traits des visages, ainsi que l’importance accordée à la mise en situation restituent l’acuité de la présence, l’adéquation entre la personne et un univers repéré pour ses codes et son inscription dans une société.

Charles Fréger est né en 1975 à Bourges, il vit et travaille à Rouen (France).
Il poursuit, depuis le début des années 2000, un inventaire intitulé « Portraits photographiques et uniformes ». En Europe et un peu partout dans le monde, avec ses séries consacrées à des groupes de sportifs, de militaires ou d’étudiants, il s’intéresse aux tenues et aux uniformes. Faire corps et esprit de corps sont les ressorts de ces présences individuelles où la tenue, entendue à la fois comme pose et vêtement, matérialisent le « physique de l’emploi » ou « l’habit du moine ». L’exotisme y a sa part que ce soit à l’intérieur avec différents corps d’armées ou groupes sportifs, ou bien à l’extérieur à l’opéra de Pékin ou auprès de tribus africaines. Ceci renforce le jeu des différences et de l’altérité qui est un des principes des « portraits photographiques et uniformes ». Les profils médiévaux ou la présence frontale des figures de la Renaissance dont les attributs indiquent le rang et la qualité sont autant de sources du travail de Charles Fréger. Portraits peints d’hier et photographies d’aujourd’hui semblent se répondre dans ces images posées et emblématiques où se distinguent les signes d’appartenance, d’adhésion ou d’existence.


Légende : Charles Fréger, Jeanne à cheval, série L’Epopée de Jeanne d’Arc, 2016 © DR