Capture_d_e_cran_2018-07-16_a__11.55.40.jpg

Bernar Venet - Rétrospective 2019-1959 - MAC Lyon


Bernar Venet
Rétrospective 2019-1959
MAC Lyon
21 septembre 2018 - 6 janvier 2019

Capture_d_e_cran_2018-07-16_a__11.55.40.jpg
 


Le MAC Lyon et Thierry Raspail, commissaire de l’exposition, présentent la rétrospective la plus complète dédiée à Bernar Venet. Elle retrace 60 années de création - des premières performances, dessins, diagrammes, peintures, jusqu’aux photographies, œuvres sonores, films et sculptures - pour en cerner toute l’ampleur, la complexité et la poésie. 


Cette rétrospective a pour objet d’examiner toutes les étapes qui conduisent, à l’orée des années 1960, un jeune artiste de vingt ans à «… souhaiter retirer toute charge d’expression contenue dans l’oeuvre pour la réduire à un fait matériel …», puis à s’approprier l’astrophysique, la physique nucléaire et la logique mathématique, à interrompre cinq ans son activité pour opérer enfin un retour inattendu avec des toiles sur châssis, des lies indéterminées, des accidents, des dispersions, des combinaisons aléatoires, jusqu’aux angles, arcs et lies droites des sculptures monumentales en acier corten dédiées à l’espace urbain.
Mais cette rétrospective a surtout pour vocation de montrer comment raison et intuition ont continûment et simultanément convergé chez Bernar Venet pour faire de son oeuvre, qui se nourrit d’instabilité, de déséquilibre, d’entropie, d’imprévisible, d’incertitude, de turbulence, de hasard et d’incomplétude, un univers aux formes aussi claires que poétiques. Bernar Venet opère par signes qu’il souhaite précis et exacts de telle sorte qu’ils soient transparents à leur propre forme. «€ La pensée est essentiellement l’activité qui consiste à opérer avec des signes€», écrit L. Wittgenstein dans Le cahier bleu. Et il ajoute€: «€ Si d’ailleurs nous parlons de lieux où la pensée se déroule, nous sommes fondés à dire que ce lieu est le papier sur lequel nous écrivons ou la bouche qui parle€ ».

L’œuvre protéiforme de Bernar Venet reste encore mal connue en France car elle est souvent exposée partiellement, en « périodes » ou selon une logique de support (les « goudrons », les sculptures en acier…). Elle exige d’être appréhendée dans son intégralité afin d’en cerner l’ampleur, la complexité, la poésie mais aussi l’évidence et le haut degré de création. 
Cette exposition couvre 60 ans de création artistique. Elle occupe trois étages du Musée et se parcourt de bas en haut selon un ordre chronologique inversé. C’est pourquoi elle s’intitule Bernar Venet 2019-1959. Les oeuvres sont majoritairement choisies dans la collection personnelle de l’artiste, avec des emprunts à des collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis.

«€ J’étais convaincu que l’art n’était pas fait pour le plaisir, mais pour la connaissance. Cette suppression du plaisir était un besoin puritain et semblait correspondre à une nature sérieuse, voire sombre. […] Les artifices, la couleur, le spectaculaire me paraissaient enfantins.€»
Bernar Venet

Photo : Bernar Venet et son Effondrement : 200 tonnes, Le Muy, 2017 © Gérard Schachmes, Paris
Courtesy Archives Bernar Venet New York