Capture_d_e_cran_2018-05-29_a__10.27.36.png

Fondation Bettencourt Schueller - Encore un jour banane pour le poisson-rêve - Palais de Tokyo


Encore un jour banane pour le poisson-rêve
Palais de Tokyo, Paris
22 juin - 9 septembre 2018

Capture_d_e_cran_2018-05-29_a__10.27.36.png
 

Révéler la contemporanéité des métiers d’art 
La Fondation Bettencourt Schueller, le Palais de Tokyo et son président, Jean de Loisy, ont mis en place de 2014 à 2018 un cycle d’expositions consacré aux métiers d’art afin de favoriser les échanges entre artisans d’art, artistes contemporains et designers. Cette initiative commune et en évolution constante repose sur des expositions qui mettent à l’honneur les métiers d’art français, et les plaçent au cœur de la création contemporaine. 
En 2015, l’exposition L’Usage des formes, scénographiée par le designer Robert Stadler en collaboration avec des artisans d’art, a exploré l’ingéniosité humaine et la relation passionnée que l’homme entretient avec ses outils pour transformer le monde. En 20016, Double Je accueillait près de 80 000 visiteurs et plongeait le public dans l’univers fascinant du roman policier grâce à une enquête imaginée par l’écrivain Franck Thilliez et ponctuée de créations issues de collaborations entre artisans d’art et artistes. Depuis janvier 2018, le TOGUNA, co-production inédite et pérenne, se déploie au sein du Palais de Tokyo comme lieu de convivialité et de partage déjouant les codes de l’académisme. Il accueille L’Atelier des regardeurs, un format de cours ouverts à tous qui offre de nouvelles clefs de compréhension de la création contemporaine. Avec cette œuvre collective, l’artisanat d’art explore le champ des nouvelles technologies, de l’innovation et de la co-création avec des artistes contemporains.

L’exposition Encore un jour banane pour le poisson-rêve 
Pour sa programmation estivale, le Palais de Tokyo interroge l’imaginaire de l’enfance, ses mythes fondateurs et ses transformations contemporaines avec l’exposition Encore un jour banane pour le poisson-rêve. Une scénographie immersive déploiera un vaste parcours à travers des productions d’envergure d’artisans d’art et artistes plasticiens. Les visiteurs de tous âges seront invités à traverser diverses épreuves initiatiques, comme dans un conte, en se confrontant à l’étrange et à l’étranger. 
Conçue grâce au partenariat avec la Fondation Bettencourt Schueller, par les commissaires Sandra Adam-Couralet, Yoann Gourmel et Kodama Kanazawa, l’exposition est présentée en association avec la Fondation du Japon et fait partie de la manifestation Japonismes 2018
Véritables interprètes des intentions du dramaturge de l’exposition - l’artiste et réalisateur Clément Cogitore, les artisans d’art ont proposés et confectionnés à cette occasion des œuvres d’une puissance émotionnelle en totale adéquation avec une mise en scène inédite. Pour la première fois, des artisans d’art aux savoir-faire rares et uniques pourront être présentés au Palais de Tokyo tels que les maîtres vitraillistes des Ateliers Loire en collaboration avec le dessinateur de manga Yûichi Yokoyama, le gaufreur Germain Benoit, de la Manufacture Royale Bonvallet, le maître plisseur Karen Grigorian…

Photo : Aurélie Lanoiselée, brodeuse et créatrice d’art textile - lauréate du Prix Liliane Bettencourt pour le l’intelligence de la main 2009