LAB_BEL_-_Geste_-_Julien_Pre_vieux_.png

Lab'Bel - Geste - Magasins Généraux, Pantin

Geste
Magasins Généraux, Pantin 
2 février - 31 mars 2019

LAB_BEL_-_Geste_-_Julien_Pre_vieux_.png
 

En 1922, László Moholy-Nagy alors enseignant au Bauhaus, commande par téléphone cinq tableaux en porcelaine émaillée à une usine d’enseignes. Comme le rappelle Dominique Baqué, « il a devant les yeux les échantillons de couleurs de l’usine et esquisse ses peintures sur du papier millimétré. À l’autre bout du fil, le fabricant, qui a devant lui une feuille de papier identique, inscrit les formes dictées par Moholy-Nagy dans les cases correspondant à leur position. L’un des tableaux a été livré en trois tailles différentes, afin que Moholy- Nagy puisse étudier les différentes relations de couleurs résultant de l’agrandissement ou, au contraire, de la réduction ». L’oeuvre et l’histoire feront date. Elles augurent la délégation du geste transitant par la machine qui a bouleversé les pratiques artistiques au XXe siècle. Elles témoignent de la confiance accordée à l’univers mécanique et technologique par le chantre de la Nouvelle Vision. Près d’un siècle plus tard, à l’ère de la « smartification » du monde, la confiance ou le scepticisme ne sont plus de mise, la technologie fait partie intégrante de nos vies, de nos gestes. L’exposition porte sur l’enregistrement des gestes, nécessairement conditionné par l’outil technologique employé. Dans son ouvrage Les Gestes, le philosophe Vilém Flusser (1920-1991), entreprend d’observer le geste quotidien comme « un instrument amplificateur et pertinent pour l’exploration transversale des mutations de la société ». Il s’intéresse particulièrement aux gestes techniques : photographier, téléphoner, filmer notamment. Dans sa postface écrite en 1999 de ce même ouvrage, le théoricien et ami du philosophe Louis Bec prolonge la pensée de Flusser et s’attache à un geste contemporain, le « geste technologique » dont il esquisse l’impact décisif sur l’ensemble des bouleversements socio-économiques, communicationnels, biologiques et écologiques. Ces derniers génèrent de nouveaux codes, de nouveaux comportements, de nouveaux gestes significatifs.
Avec : Tal Isaac Hadad, Matan Mittwoch, Julien Prévieux, Cally Spooner, Vito Acconci, Ceal Floyer, Lars Fredrikson, Wade Guyton, Channa Horwitz, M/M (Paris), László Moholy-Nagy, Antoni Mundas, Fair Models, Antoni Muntadas.


À PROPOS DE LAB’BEL
Lab’Bel, le Laboratoire artistique du Groupe Bel, a été créé au printemps 2010 dans le but d’engager le Groupe Bel à rendre l’art contemporain accessible au plus grand nombre. Lab’Bel mène ses actions en conformité avec les valeurs de partage, d’accessibilité et de plaisir soutenues par le groupe agroalimentaire dont il émane.
Les activités de ce laboratoire d’idées au ton impertinent se partagent entre la constitution d’une collection d’art contemporain, aujourd’hui en dépôt au Musée des Beaux-Arts de Dole, et la réalisation d’expositions et d’événements artistiques en France et en Europe. Lab’Bel initie également des séries de projets performatifs et transversaux où il peut être aussi bien question d’architecture moderniste que de poésie ou de musique. Lab’Bel produit régulièrement des films, des publications et des éditions artistiques qui servent de cadre à différents types de recherches et d’expérimentations.
Laurent Fiévet et Silvia Guerra en sont respectivement directeur et directrice artistique.
 

Photo : Julien Prévieux, Where is my (deep) mind. Courtesy l’artiste