Capture_d_e_cran_2017-12-22_a__18.16.57.png

SAM Art Projects - Louis-Cyprien Rials, lauréat du Prix SAM 2017 - Paris

 

Louis-Cyprien Rials, lauréat du Prix SAM 2017
Palais de Tokyo, Paris

Capture_d_e_cran_2017-12-22_a__18.16.57.png
 


Le Prix SAM pour l’art contemporain 2017 a été décerné jeudi 14 décembre à Louis- Cyprien Rials au Tokyo Art Club, Palais de Tokyo, Paris.


Louis-Cyprien Rials a été choisi par le Comité scientifique 2017, composé de Sandra Hegedüs, Laurent le Bon, Jean de Loisy, Jean-Hubert Martin, Alfred Pacquement, Thierry Raspail, Marc-Olivier Wahler et Marie-Ann Yemsi.
Les cinq artistes finalistes de la 9e édition du Prix SAM étaient : Mathieu Kleyebe ABONNENC (pays de destination du projet : Guyana, Suriname, Guyane-Française), Elizaveta KONOVALOVA (pays de destination du projet : Russie), Evangelia KRANIOTI (pays de destination du projet : Liban), Abraham POINCHEVAL (pays de destination du projet : Nuages), et Louis-Cyprien RIALS (pays de destination du projet : Ouganda).
Créé en 2009, le Prix SAM pour l’art contemporain est remis chaque année en décembre, après délibération du comité scientifique, à un artiste de la scène française travaillant dans le domaine des arts plastiques et visuels, et présentant un projet à destination d’un pays étranger (hors Europe et Amérique du Nord).
Doté de 20 000 euros, le Prix s’accompagne d’une exposition avec le Palais de Tokyo dans les mois suivant le voyage du lauréat et de l’édition d’une monographie.
L’exposition personnelle du lauréat du Prix SAM 2017, Louis-Cyprien Rials, aura lieu en février 2019.
Cette initiative vient renforcer la mission du Prix SAM, qui envoie les artistes lauréats rayonner à travers le monde afin qu’ils se confrontent à d’autres territoires et qu’ils réalisent un projet en dehors de leur périmètre culturel quotidien. Son objectif est de soulever des questionnements, de présenter des découvertes et des recherches en territoire moins connu. L’exposition au Palais de Tokyo constitue un accélérateur pour confirmer leur notoriété auprès des professionnels du monde de l’art et du public, en France comme à l’étranger.

Louis-Cyprien RIALS
Né en 1981 à Paris (France) - Vit et travaille à Paris, Bruxelles et Berlin Pays de destination du projet : Ouganda
Louis-Cyprien Rials pratique la photographie et la vidéo.
Après des études de théâtre au Conservatoire, il part en 2015 vivre trois ans à Tokyo et y organise sa première exposition, Koban.
En 2010, il part pour un premier voyage à moto qui le conduit à Tchernobyl et en Europe de l’Est. L’année suivante, il parcourt pendant plusieurs mois l’ex- Yougoslavie, la République Turque de Chypre du Nord, l’Irak, la Géorgie, l’Arménie, la République du Haut- Karabagh, la Crimée, en documentant aussi bien des formes et des paysages que des zones entières, fermées, qu’il voit comme des «parcs naturels involontaires ». En 2012, il termine sa première fiction
expérimentale, le western déshumanisé Nessuno. Résident au Centre des Arts Photographiques de Bahrain en 2014, il expose à la maison Jamsheer, enseigne et entame plusieurs projets, notamment avec l’aide du chercheur Pierre Lombard sur les restes de la civilisation Dilmun. En décembre 2014, Louis-Cyprien Rials réalise le projet documentaire Russia America en résidence à Kronstadt par le NCCA (National Center of Contemporary Art). Il s’investit de plus en plus dans la création de vidéos à mi-chemin entre l’art et le documentaire contemplatif, avec les projets Holy Wars, Dilmun Highway (Bahreïn, 2014) et Mene, Mene, Tekel, Upharsin (Irak, 2015 ).
En 2016, il figure parmi les nommés pour la Bourse Révélations Emerige. Il est représenté par la galerie Dohyang Lee, Paris.

L’appel à projets, ouvert chaque année de juin à septembre, concerne tous les modes d’expression et toutes les disciplines appartenant aux arts plastiques et visuels.
Depuis sa création, le Prix SAM pour l’art contemporain a permis à 8 artistes de réaliser leur projet dans le pays de leur choix : Zineb Sedira en Algérie, Laurent Pernot au Brésil, Ivan Argote en Colombie, Angelika Markul à Tchernobyl en Ukraine, Bouchra Khalili en Algérie, Louidgi Beltrame au Pérou, Mel O’Callaghan, à Bornéo (Malaisie) et Massinissa Selmani (Algérie et Nouvelle-Calédonie).

Nouveauté 2018 :
Les œuvres des lauréats du Prix SAM intégreront les collections du Centre Pompidou tous les ans. Cette donation agira rétrospectivement avec les œuvres de Zineb Sedira, Laurent Pernot, Ivan Argote, Angelika Markul, Bouchra Khalili et Mel O’Callaghan.

 

Photo : Désert inversé, 2014 © Louis-Cyprien Rials